L’or sous la neige – BD
Tome 1 : Klondike

Scénariste et dessinateurÉric Stalner
DessinateurJean-Marc Stalner

En juillet 1897, il suffit d’un article dans le Chronicle, annonçant des tonnes d’or en Alaska, pour que Matt Bowers grimpe sur un bateau de San Francisco, à destination de Skagway. Comme de centaines d’autres prospecteurs, il a décidé de se lancer dans une aventure périlleuse, dont peu reviendront. Une fois en Alaska, avant de rejoindre la rivière Klondike, il lui faut s’équiper de vivres et de divers outils. Primo, il achète 100$, à un indien, une chienne Husky, qui va bientôt mettre bas. Puis il établit une liste d’outils qu’il achète in extremis au magasin général, avant que celui-ci ne soit totalement dévalisé. Deux jours plus tard, il est au pied de la célèbre Chilkoot pass enneigée, un col terrible à gravir avant de rejoindre le Yukon. Il lui faudra 8 allers-retours pour monter tout son matériel en haut. De nombreux hommes y restent, épuisés, morts de froids. Un soir au camp de base, il en profite pour sympathiser avec Georges et Bill Musselwhite et retrouve Marie, une copine de son patelin d’origine. Plutôt sexy, Marie est là pour faire fortune d’une tout autre manière qu’avec l’or… mais pour le moment, les 4 aventuriers feront équipe. Quelques jours plus tard, ils ont fini de monter leur matériel en haut et peuvent s’atteler à la confection d’une embarcation suffisamment solide pour résister aux rapides de White Horse et de Miles Canyon…

la presse en parle

“Pétrie d’authenticité, la narration linéaire emprunte ici la forme classique du récit d’aventures portant sur la ruée vers l’or (si vous aimez, lisez aussi La fille du Yukon !). Le héros se fond parmi une troupe interlope d’aventuriers inconscients et rivaux, s’affranchit avec peine de la Chilkoot pass, survit à des rapides fatals à bord d’un radeau, éprouve les rigueurs de l’hiver… pour finalement se heurter à de terribles désillusions. La suite de l’épopée accordera vraisemblablement plus d’importance à la nature et aux chiens de traîneaux, qui sont les vraies richesses pour Nicolas Vanier. Les frères Stalner, qui n’avaient plus collaboré sur une même BD depuis près de 15 ans, déroulent un style réaliste encré limpide et très agréable à suivre. Une bien belle entrée en matière…”
Planète BD

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus