La chômarde et le haut commissaire
Lettre ouverte à ceux qui pensent qu'il n'y a rien à faire

Cher Martin Hirsch, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai trouvé votre lettre dans ma boîte. J’accepte votre proposition de continuer à échanger, d’autant que l’idée de correspondre avec vous m’amuse beaucoup : de ma France d’en bas, court-circuiter les échelons hiérarchiques est franchement jubilatoire. Pour commencer, veuillez trouvez ci-joint mon « petit guide du chômard ».
Gwenn Rosière

“Ainsi ont commencé six mois d’échange avec Gwenn Rosière. En sa qualité d’allocataire du RMI résidant dans les Côtes-d’Armor, elle avait été invitée à donner son avis sur le Revenu de solidarité active. La qualité de sa réflexion, son ouverture aux autres, sa pertinence et… son impertinence m’ont frappé. J’ai répondu, nous avons poursuivi une correspondance.

Pourquoi la publier aujourd’hui ? Parce que mieux que de longs discours, elle semblait la manière la plus naturelle de faire comprendre notre démarche. Ceux qui connaissent le RMI, la survie à 440 euros par mois, savent qu’il faut transformer profondément notre système social. Mais tous les autres ? En sont-ils vraiment convaincus ? Ne trouvent-ils pas plus simple de ne rien changer ? Parfois de ne rien voir ?

Avec ce livre, je me suis dit que nous pouvions ébranler quelques certitudes. Je compte sur lui pour accélérer la prise de conscience, pour multiplier les déclics, pour que rien n’arrête la volonté de faire. C’est en cela que j’avais besoin du soutien de Gwenn, de ses mots, de son énergie, de sa sincérité, de son expérience. Lisez bien ses lettres et répondez franchement : vous ne pensez pas qu’on doit y arriver ?”

Martin Hirsch.

Martin Hirsch est haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté.
Gwenn Rosière vit en Bretagne. Elle bénéficie d’un contrat aidé.

la presse en parle

Ouest-France

Le Télégramme

RTL

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus