Lire pour le plaisir
  • Twitter
    S’inscrire à la newsletter
  • Twitter
  • Facebook
  • Instagram

Miral

Jérusalem, 1948. Près de la porte de Damas, Hind, une jeune Palestinienne, découvre un groupe de 53 enfants, recroquevillés et tremblants. Les adultes de leur village de Deir Yacine ont été massacrés. Ils sont les seuls survivants. Hind Husseini les recueille, leur prépare un repas…

Au fil des mois, les 53 deviennent des milliers, et Hind, désormais appelée « Maman Hind », fonde l’institut Dar El-Tifel, un pensionnat pour enfants palestiniens.

C’est à 5 ans que Miral rejoint ce refuge, après le suicide de sa mère, Nadia. Éduquée dans l’ombre rassurante de Maman Hind, protégée par l’enceinte de l’institution, Miral est à l’abri des tourments du monde. Mais en allant donner des cours aux enfants d’un camp de réfugiés, elle prend conscience de leur quotidien. Elle s’éveille alors à la politique. À 17 ans, Miral se retrouve à l’heure des choix : faut-il prendre les armes pour l’avenir de son peuple, ou lutter, avec Maman Hind, par l’éducation, seul chemin possible vers la paix ?

Un récit pudique, bouleversant, passionnant qui nous entraîne dans une Palestine aux mille visages, ceux de ces femmes, engagées dans un combat pour devenir elles-mêmes, malgré le conflit. Des femmes qu’une terre a façonnées.

Miral est adapté au cinéma par Julian Schnabel.