Tugdual
Tome 1 : Les Coeurs noirs

Ce qui peut leur arriver de pire : tomber amoureux…

Serendipity, petite ville du sud des états-Unis. Tugdual, dix-huit ans, fait partie d’une famille pas tout à fait comme les autres : comme lui, Mortimer, son frère de dix-sept ans, et Zoé, sa sœur de seize ans, sont dotés de pouvoirs surnaturels qu’ils doivent dissimuler.
Mais un autre secret pèse encore plus lourdement sur leur cœur : ils exercent malgré eux une attraction irrésistible sur les autres. Et, bien pire, cette attraction est mortelle pour ceux qui la subissent. En dépit de leur prudence, ils vont bientôt découvrir que d’autres connaissent leur secret. Derrière une apparente bienveillance, qui sont-ils ?
Alors qu’une véritable organisation se met en place autour d’eux et que leur mal continue de les ronger, ils font néanmoins leur possible pour vivre comme n’importe quels ados.
Mais quand l’amour s’en mêle, les choses se compliquent dangereusement…

Après le grand succès d’Oksa Pollock, Anne Plichota et Cendrine Wolf entament une nouvelle série aux héros romantiques, sombres et fascinants.

© Anne Plichota & Cendrine Wolf – The No-Body

Découvrez tout l’univers d’Anne Plichota et Cendrine Wolf sur www.oksapollock.net !

Interview de l’auteur

Avec Tugdual, vous changez d’univers… C’est ce qu’on appelle un spin off. Comment le définiriez-vous ?

Vénéneux, ardent, inquiétant… Ce sont certainement les trois mots qui représentent le mieux cette nouvelle série et surtout, les personnages principaux : Tugdual, ténébreux et passionné ; Zoé, angélique et redoutable ; Mortimer, brute au cœur tendre. Même s’il est question de fantastique, leur univers reste ancré dans le réel – notre réel –, de la même façon que celui de nos précédentes séries, mais sans la magie flamboyante ou les aspects cauchemardesques. Les héros ont certes des pouvoirs surnaturels, pourtant nous avons souhaité les aborder avant tout comme des êtres humains qui subissent leurs pouvoirs plutôt qu’ils n’en tirent avantage. Il y a un peu de Superman et de X-Men en eux, fantasme pour les êtres ordinaires comme nous et fardeau pour ceux qui doivent vivre avec cette différence.

Vous vous adressez à un public plus âgé. Les ados du roman ont des préoccupations de leur âge. Autour de quels thèmes ?

L’intégration et l’image de soi sont leurs premières préoccupations. Hormis leurs pouvoirs surnaturels et le mal dont ils souffrent, ils sont soumis comme n’importe quel ado à ces questions auxquelles il est si difficile de répondre : comment être accepté ? Comment faire partie d’un groupe, d’un clan ? Comment se faire des amis ?

Ce sont des personnages ambivalents. Dans Tugdual, il y a le « dual » de « dualité », le bon et le mauvais, le meilleur et le pire. Son frère et sa sœur sont comme lui : s’il est difficile de maîtriser le fléau qui les ronge et qui les pousse à commettre le mal, ils peuvent le contrebalancer par une forme de bonté et d’espoir. Ils apparaissent comme des héros romantiques, tueurs malgré eux, justiciers déterminés, touchants, puissants et fragiles à la fois. Agir, lutter n’est pas si facile. Tugdual, Zoé et Mortimer ont des pouvoirs qui leur permettent de le faire, et ils ne vont pas se priver de punir les auteurs d’inceste, de racket, d’humiliations.

Et la famille ? L’amour ?

La famille joue un rôle important. À un âge où on aspire à l’indépendance, à l’émancipation, à l’autonomie, eux découvrent l’attachement fraternel au sein d’une famille totalement (re)composée qui devient le seul élément de stabilité et de sécurité.

L’amour pourrait ne pas trouver sa place. Pourtant, il va faire irruption dans leur vie, les déstabiliser et les attendrir, démontrer qu’ils sont des ados comme les autres. Comme pour la plupart d’entre nous, l’amour devient pour eux une force et une faiblesse. Quand on est amoureux, on a beaucoup plus à perdre que lorsqu’on est un loup solitaire…

La musique est particulièrement importante pour eux. Et d’ailleurs les chansons dont vous parlez dans le livre existent. Racontez-nous cette aventure…

 Côté coulisses, la musique est omniprésente dans notre processus d’écriture. Et en ce qui concerne nos héros, c’est un exutoire très efficace ! Par ce biais, avec pudeur et puissance, Tugdual et Zoé vont pouvoir exprimer leurs sentiments, leurs amertumes, leurs bonheurs. Ils créent un groupe dont le nom, les No-Body, symbolise leur volonté de rester anonymes, d’être aimés pour leur musique et non pas pour leur physique ou pour leur style.

Mais en tant qu’auteurs, nous voulions aller plus loin que le simple texte et donner vie à ces chansons, dont nous avons écrit les paroles. C’est pourquoi nous avons proposé à trois musiciens de composer une musique et d’interpréter à leur façon les titres des No-Body : Léa, Dan et Julien ont fait un travail formidable.

Nous ne pouvons que vous inviter à vous rendre sur la chaîne Youtube consacrée aux No-Body !

Vers quoi avez-vous envie de vous diriger maintenant ?

La série Tugdual est prévue en plusieurs volumes (le deuxième sortira au printemps 2015). Mêler la réalité, les fantasmes collectifs (fondés ou non), les légendes urbaines, un peu de surnaturel et surtout beaucoup d’humanité et de sentiments, voilà ce que nous aimons !

Au-delà, qui sait ? De nouveaux personnages, de nouvelles histoires… Une seule certitude : dans nos cerveaux comme au fond de notre cœur, nous avons de la matière pour très longtemps encore !

Parallèlement, nous préservons une certaine légèreté avec Les Petites histoires de Dragomira (sortie le 14 novembre prochain), relecture un brin facétieuse de contes connus.

lire toute l’interview

la presse en parle

“Un héros sombre que les jeunes lectrices devraient adorer.”
Le Parisien

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus