Lire pour le plaisir
Recherche avancée

Le Mariage parfait

À trente-trois ans, Sarah Morgan est la meilleure avocate pénaliste de Washington DC et elle ne pourrait rêver d’une vie plus heureuse.

Adam, son mari, n’en est pas au même point. Sa carrière d’écrivain patine et sa relation avec Sarah, qui ne lui consacre que peu de temps, ne lui suffit plus.

Leur résidence secondaire devient alors pour Adam le refuge où s’épanouit sa liaison passionnée avec Kelly Summers. Mais un matin, tout bascule. Adam est arrêté pour le meurtre de Kelly, qui a été retrouvée poignardée dans la maison.

Sarah décide alors, à la surprise générale, d’assumer son cas le plus difficile à ce jour : défendre son propre mari, un homme accusé du meurtre de sa maîtresse !

Un premier roman admirablement ficelé sur la trahison et la justice, qui oscille entre drôlerie, cynisme et désespoir.

« Un excellent premier roman, hâte de découvrir le suivant ! »  Bookends

« Si vous êtes fan de thrillers psychologiques avec des rebondissements fracassants, alors Le Mariage parfait est le livre qu’il vous faut. »  Nerd Problems

Interview de l’auteur

Jeneva Rose s’adresse à ses lecteurs francophones en vidéo : 

Le public français s’apprête à vous découvrir comme auteur. Comment vous est venue l’idée de ce roman à l’intrigue ahurissante ? Il fallait quand même y penser ?

Je suis très heureuse que Le Mariage parfait soit désormais disponible en version française. L’idée de ce roman m’est venue en 2009, lorsque j’écrivais des scénarios. J’avais surtout écrit des comédies, mais je me souviens d’avoir eu cette envie d’écrire un thriller avec un personnage féminin fort et, au centre, un mariage compliqué et chaotique. L’histoire de l’origine de ce roman est très simple : l’idée d’une femme qui défend son mari accusé du meurtre de sa maîtresse m’a tout simplement traversé l’esprit, elle fait partie de ce genre d’idées qui sont là, dans ma tête, depuis un moment, et qui un jour finissent par refaire surface. Je l’ai écrite avec l’intention d’en faire un scénario, mais j’ai fini par la mettre de côté pendant huit ans. En 2017, cette idée m’est revenue, et j’ai su qu’il était temps de l’écrire enfin, mais sous la forme d’un roman. Je suis heureuse de l’avoir fait, car Le Mariage parfait a lancé ma carrière d’auteur lors de sa sortie aux États-Unis, en 2020.

Le roman alterne entre la voix de Sarah, l’épouse et celle d’Adam, son mari. Était-ce  une manière de signifier que leurs vies étaient devenues totalement parallèles ?

D’une certaine manière, oui. En tant que couple marié, leurs vies sont physiquement entremêlées. Cependant, la vision qu’ils ont l’un de l’autre, ou celle qu’ils ont du monde extérieur, sont complètement parallèles, différentes. En donnant à chacun des personnages un point de vue individuel, on permet au lecteur de voir que, même si deux êtres sont impliqués dans le même événement ou vivent la même situation, leur expérience individuelle et leur point de vue peuvent être complètement divergents. Les deux chemins, celui de Sarah et celui d’Adam, semblent parfois parfaitement alignés, mais au fond ils sont asymptotiquement voués à ne jamais vraiment se croiser.

La tension dramatique évolue au fur et à mesure de la lecture jusqu’à la chute finale…terrible. Tout y passe : la manipulation, la vengeance, la passion, … Est-ce le reflet de votre vision du monde aujourd’hui ? A vous entendre, vous semblez bien plus optimiste ?

Il s’agit plutôt du reflet de ce qui peut arriver lorsque vous poussez quelqu’un à bout, et les limites de chacun sont différentes. J’ai tendance à être optimiste et à rechercher le meilleur chez les autres, et je crois que, généralement, la plupart des gens sont par essence bons et désirent faire le bien. Le monde d’aujourd’hui pourrait cependant nous laisser penser que ce n’est pas toujours vrai. Et dans ce cas-là, cela commence souvent au niveau individuel, en raison de circonstances, d’émotions et d’une stratégie personnelle de résolution des conflits. Lorsqu’on pousse l’autre à bout et que son jugement commence à faiblir, que ce soit de manière aiguë ou chronique, son comportement peut changer radicalement… l’issue est souvent préjudiciable.

 Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Mon dernier thriller, « One of Us is Dead » [L’un de nous est mort], a été publié en anglais au mois d’avril. C’est l’histoire d’une propriétaire de salon de coiffure dans le sud des Etats-Unis, qui se retrouve mêlée à la vie de ses clients riches et huppés. Lorsque l’un d’entre eux est tué, elle est la seule, grâce aux ragots qu’elle a recueillis dans son salon, qui puisse aider la police à résoudre le meurtre. J’ai récemment signé un contrat pour cinq livres avec mon éditeur américain, Blackstone Publishing, je donne ainsi rendez-vous à mes lecteurs pour un thriller par an jusqu’en 2027 au moins. Mon prochain thriller, intitulé « You Shouldn’t Have Come Here », sortira en anglais le 25 avril 2023. Il raconte l’histoire de Grace Evans, une New-Yorkaise surmenée qui réserve sur Airbnb un ranch au milieu du Wyoming. À son arrivée, elle se réjouit de découvrir que l’hôte, Calvin Wells, est un homme beau et charmant. Les deux commencent très vite à tomber amoureux l’un de l’autre. Les choses se gâtent lorsque le shérif local vient s’enquérir de la disparition d’un précédent invité. Alors que la date de son départ approche, Grace craint que l’engouement de Calvin ne se transforme en obsession et qu’il ne la laisse pas partir. Calvin pense que Grace lui cache quelque chose et qu’elle a peut-être d’autres raisons de rester dans son ranch. Raconté à deux voix, « You Shouldn’t Have Come Here » est un récit édifiant sur ce qui peut mal tourner lorsqu’on ouvre sa maison et son cœur à un parfait inconnu.

lire toute l’interview
la presse en parle

« La trahison est au centre d’un thriller psychologique menaçant et prenant, où chapitre après chapitre, chacun des protagonistes relate l’avancée de l’enquête, jusqu’au twist final, non dénué de morale. »
Gilles Medioni, Marie France

« Simple, efficace, prenant, haletant, la recette d’un bon thriller. Mais le plus surprenant dans cette histoire est le côté un peu mental qui plane dans tout le roman, qui nous fait nous poser plein de questions à chaque page que l’on tourne. (…) Un livre qui ne vous laissera pas indifférent. »
Nikita, libraire de Coulommiers – Le pays Briard

les lecteurs en parlent

« Les chapitres sont courts, l’intrigue est bien ficelée et je n’ai rien deviné avant les 20 dernières pages. Entre les rebondissements et les personnages qui sont là pour nous perdre un petit peu plus, j’ai été dupée. Je ne m’attendais pas du tout à cette fin. En résumé j’ai passé un très bon moment de lecture et je recommande ce roman aux amateurs du genre. »
@vivianelafeedu29 (Instagram)

Suivez toute notre actualité

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus