Darkmouth
Tome 1 : La Légende commence

Attention ! Les Légendes arrivent !
Soyez rassuré,Finn est né pour sauver le monde…

Quand il se retrouve face à un monstre enragé, Finn, avec son armure trop grande et son arme trop lourde, n’en mène pas large ! Il a douze ans. Heureusement son père, le dernier Chasseur des Légendes de Darkmouth, n’est pas loin…

Les Légendes, c’est comme ça qu’on appelle les créatures sanguinaires qui rôdent dans la ville.
Et Finn sait qu’il devra bientôt remplacer son père et affronter une attaque majeure des Légendes sur le monde.

Il y a juste un petit problème. Non, un gros problème : Finn est le pire Chasseur que Darkmouth ait jamais connu…

Une grande aventure monstrueuse et drôle

Interview de l’auteur

Darkmouth est votre premier roman. Comment vous est venue l’idée de ces Chasseurs de Légendes?

Je voulais créer un univers qui donne de vraies possibilités dans l’écriture et l’évolution des personnages. Un livre qui parle aux jeunes mais séduise aussi les adultes : avec de l’aventure, de l’humour, des surprises et un peu d’horreur ! Tout cela donne les Légendes et ce garçon de douze ans, Finn, qui est au centre de l’histoire. Finn a une grosse responsabilité sur les épaules. À Darkmouth, la seule ville sur la planète où subsistent encore des monstres mythiques, il doit succéder à son père, le dernier Chasseur de Légendes. Sauf qu’il n’est pas vraiment doué… Le résultat est un mélange de réalité et de fantastique, avec, je l’espère, le meilleur des deux mondes !

Dans ce premier volume d’une série qui en comprendra six, le narrateur, Finn, a tout d’un anti-héros. Pouvez-vous nous parler de lui ?

Finn va à l’école, il fait ses devoirs. Plus tard, il veut devenir vétérinaire, pas un Chasseur de Légendes comme son père. Il n’aspire qu’à une vie ordinaire, sans monstres et sans dangers. Ce n’est pas un super-héros. Il a la trouille, c’est pour ça qu’il est réticent. Personnellement, au même âge, j’aurais été comme Finn : pas du tout courageux ! J’ai toujours aimé les héros qui ont de vrais défauts, comme vous et moi. Les anti-héros sont toujours plus intéressants parce que leurs luttes sont plus difficiles, plus réalistes et ‒ parfois ‒ plus drôles. 

Vous portez un regard à la fois très tendre et très drôle sur vos personnages. Pourquoi ? 

Darkmouth est un roman de Fantasy, avec des monstres et un peu de magie, mais c’est l’humanité de l’histoire qui m’importe. Les relations entre Finn et ses parents sont réalistes, reconnaissables (sa mère est dentiste) comme celle qu’il noue avec Emmie, sa nouvelle amie qui arrive dans la ville et rêve d’aventures. L’humour a toujours été un élément fondamental dans mon écriture. Quand j’étais journaliste et chroniqueur à l’Irish Times, j’insérais toujours des blagues… du moins quand c’était possible. J’aime la comédie dans la littérature, la télévision, le cinéma. Et les jeunes, eux, raffolent d’histoires drôles.

Est-ce que la ville de Darkmouth existe vraiment ? Qui sont ces monstres qui l’envahissent ?

J’ai grandi dans une petite ville sur la côte est de l’Irlande. J’y habite toujours. Il y a des similarités entre Darkmouth et ma ville : les rues, le port, la pluie. Et puis, il y a mille ans, les Vikings ont envahi ma ville, apportant leur lot de légendes. Je puise aussi mon inspiration dans les mythologies grecque, celtique, africaine et asiatique. À tout cela, j’ai ajouté ma propre imagination. D’ailleurs, dans toutes les villes du monde, j’en suis sûr, il y a des monstres. Il suffit de bien savoir les chercher…

En France, le public ne vous connait pas encore. Pouvez-vous nous parler de vous ? 

J’ai 40 ans et je suis père de quatre enfants : un fils et trois filles (dont des jumelles de 2 ans). Pendant douze ans, j’ai été chroniqueur à l’Irish Times. J’écrivais sur la culture populaire. J’ai aussi écrit deux livres sur l’Histoire irlandaise. Darkmouth est mon premier roman. Il sera traduit en 16 langues. C’est vraiment un bonheur, pour moi, d’être publié en France. J’y ai été plus de quinze fois : avec mes parents quand j’étais jeune, et plus tard, pour soutenir l’équipe de rugby irlandaise quand elle joue à Paris.

Dans quel genre littéraire vous situez-vous ?

Je ne m’inscris pas dans un genre particulier. J’ai beaucoup d’influences littéraires, télévisuelles et cinématographiques : Douglas Adams, Roald Dahl, Astérix, Doctor Who, Roddy Doyle, Retour vers le futur, Seinfeld, Steven Spielberg… et, bien sûr, de nombreux romans de science-fiction. Cette histoire de Darkmouth est amusante, rapide, surprenante. J’aimerais qu’elle parle à tous les lecteurs.

Le roman comporte de nombreux dessins. Comment avez-vous travaillé avec l’illustrateur ? 

James de la Rue est un magnifique illustrateur anglais. Ses dessins participent beaucoup à l’atmosphère de Darkmouth. Dans ma tête, j’avais une image précise de mes monstres mais les voir comme ça, couchés sur le papier, a été une très bonne surprise. Maintenant que les droits du livre ont été vendus à un studio d’Hollywood, j’ai hâte de voir à quoi mes Légendes vont ressembler dans le film.

Où en êtes-vous de l’écriture des prochains volumes ?

J’ai écrit le deuxième. Il sera publié en anglais en août. Le troisième est en cours d’écriture. Dans le prochain volume, je vais plus loin dans l’exploration du monde des monstres. C’est pour moi un vrai défi de faire évoluer Finn et les autres personnages sans perdre l’esprit du roman.

lire toute l’interview

la presse en parle

“Tenant à la fois du roman humoristique et du fantastique, “Darkmouth”, premier tome d’une saga qui va se poursuivre, fera autant rire que trembler les jeunes lecteurs. La langue très travaillée – tout en restant accessible aux plus jeunes -, les nombreux gags et les intrigues épiques devraient les tenir en haleine tout l’été, avant la sortie du deuxième volet en octobre…”
Le Parisien

“Une aventure hilarante.”
Le Journal de Mickey

“Cet excellent roman illustré pour les 10/14 ans raconte les aventures d’un drôle de héros (…)”
Le Point

“Si vous êtes aventurier (ou fou), vous aurez envie de passer vos vacances à Darkmouth […] Nous attendons la suite avec impatience […] Minotaures, Hogboons et autres Manticores, attention, les lecteurs arrivent !”
Les Histoires sans fin

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus