Le Chant du Grand Nord
Tome 2 : La Tempête blanche

La suite du Chant du Grand Nord, le grand roman d’aventure de Nicolas Vanier, sur les listes des best-sellers depuis sa parution.

Banni de son clan, Ohio, le jeune Indien Nahanni, a surmonté la traversée des terribles montagnes Rocheuses, seul avec ses chiens, dont Torok, le chef de sa meute, qui veille sur lui mieux qu’un ami…

De l’autre côté des montagnes, il découvre un pays ravagé par la guerre, où les Indiens, enrôlés par les Blancs, s’arrachent les territoires de chasse et meurent de maladies inconnues. Ohio souffre de cette barbarie. Pour la première fois, il a honte d’être le fils d’un de ces Blancs qui tuent son peuple à petit feu.

Heureusement, Ohio a aussi découvert l’amour, auprès de Mayoké, la jeune Indienne éprise de vie sauvage. Avec elle, il rêve de revenir un jour dans son village, de vivre en paix dans les sublimes montagnes du Grand Nord. Mais auparavant, il doit aller au bout de son voyage vers l’est.

Ohio ira jusqu’à Québec, où il rencontre un nouvel univers, celui de la ville. Il y apprend aussi la véritable et effroyable histoire de Cooper, son père. Alors, à travers l’Arctique des Inuits encore épargné par la guerre, Ohio tente de rejoindre le pays des Montagnes où sa mère livre de son côté un combat contre les envahisseurs blancs… Un combat qui semble dérisoire, mais qui sait ce qu’ils sont capables de faire, ensemble ?

Avec ce grand roman d’aventures à la Jack London, Nicolas Vanier nous entraîne à la rencontre d’une civilisation en train de mourir, ce monde des Indiens et des trappeurs du XIXe siècle où l’homme vivait en harmonie avec la nature. Nicolas Vanier, qui voyage depuis vingt ans dans les pays d’en haut, est aussi l’auteur de nombreux récits et romans, parmi lesquels L’Enfant des Neiges (Actes Sud, 1995), Le Grand Brame ( Lattès, 1998) et L’Odyssée blanche (Robert Laffont, 1999).

la presse en parle

« C’est peu de dire que Nicolas Vanier a le sens de la saga. Il nous emmitoufle dans son histoire, nous oxygène à ses décors, ses ciels passés du violet au pourpre puis au noir ; il nous fait entendre « le feulement cristallin » des rivières et les femmes y sont envoûtantes. »
Le Parisien

« Une aventure grand format »
Le Monde des Livres

« Un roman initiatique à la Jack London, plein de souffle épique, d’humanisme et de vastes paysages, où la quête de soi-même est révélateur de plus larges vérités. »
Grands Reportages

Suivez toute notre actualité

versions étrangères

Traduit en 3 langues

  • Allemagne : Piper Verlag
    Norvège : Det Beste
    République tchèque : Alpress

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus