L’Impératrice de la soie
Tome 1 : Le Toit du monde

Un jour, sur la Route de la soie, l’Orient et l’Occident se rencontrèrent…

La Chine du VIIe siècle détient un trésor que le monde entier lui envie : la soie. En Occident, les élégantes se ruinent pour cette étoffe aussi légère qu’un nuage… La soie est une matière plus précieuse que l’or et le jade, dont l’empire chinois surveille jalousement le secret de fabrication pour préserver son monopole.

Par la Route de la Soie arrivent en Chine de nombreuses caravanes, et avec elles des hommes et des idées. C’est ainsi que plusieurs croyances tentent de s’imposer dans l’empire. Il y a les différents courants du bouddhisme, bien sûr, mais il y a aussi les adorateurs du prophète Mani, et même des chrétiens. Or pour conquérir les âmes, il faut des moyens, car celui qui fait le plus d’aumônes aux pauvres est aussi celui qui aura le plus de fidèles ! Et c’est là que commence notre histoire : la conquête des âmes va déclencher une guerre de religion d’un nouveau genre, une guerre pacifique, une guerre dont l’arme secrète sera la soie…

Tout commence au Tibet une nuit d’hiver, quand un lama confie à un jeune Chinois un panier où dorment deux nourrissons, à charge pour lui de les ramener en Chine. Presque au même moment, en Chine, devant toute la Cour, la cinquième concubine Wuzhao devient l’épouse officielle de l’Empereur. Cette jeune femme aussi belle qu’intelligente et ambitieuse a deux défauts majeurs aux yeux des dignitaires : non seulement elle est roturière, mais en plus elle est bouddhiste.

D’oasis en oasis, de monastère en monastère, l’écho de ces événements d’apparence anodine va se répercuter et s’amplifier tout le long de la Route de la Soie. Sur les chemins du Tibet, de l’Inde et de la Chine s’engage une gigantesque course-poursuite autour d’un trafic de soie clandestine, à laquelle seront mêlés les mystérieux jumeaux, un éléphant blanc sacré, une jeune chrétienne, des moines bouddhistes et des courtisanes…

Roman des religions, roman des échanges et de la fascinante découverte de l’autre, mais surtout roman d’amour et d’aventures, L’Impératrice de la Soie est aussi, d’une certaine façon, le roman de la rencontre entre l’Orient et l’Occident.

Interview de l’auteur

Vous avez publié en 2002 un premier roman qui a connu un très grand succès. A-t-il changé votre façon de vivre ?

José Frèches : L’accueil qu’ont fait les lecteurs au Disque de Jade va me permettre de me consacrer de façon plus entière à l’écriture. Pour moi, c’est un réel bonheur que d’écrire et de faire partager ma passion pour l’Empire du Milieu. J’ai cherché longtemps comment faire comprendre et aimer la Chine aux Occidentaux, malgré la barrière de la civilisation. La Chine est un « monde en soi », depuis des millénaires, il est très difficile de l’expliquer en se référant à nos critères. Grâce au roman, je n’ai pas à expliquer, je peux transporter le lecteur dans la vraie Chine, celle que je connais, ludique, foisonnante, débordante de vie, et le faire avancer pas à pas dans la découverte, sans l’effrayer, en lui faisant « vivre » ce monde si différent. C’est pour moi un rêve réalisé.

Pourquoi avez-vous choisi de construire votre nouveau roman autour de la Route de la Soie ?

J. F. : La Route de la Soie m’a toujours fasciné, surtout à l’époque où j’ai situé le roman, sous la dynastie des Tang, au moment où la civilisation chinoise est à son apogée, un peu comme l’Égypte sous Ramsès ou la Grèce sous Périclès.
Quand on écrit sur la Route de la Soie, on entraîne le lecteur le long d’une route de plusieurs milliers de kilomètres. On le fait donc « voyager » de la Chine à l’Inde, en passant par le Tibet et les oasis d’Asie centrale… C’est ce que j’ai essayé de faire, j’ai voulu que L’Impératrice de la Soie soit comme un grand voyage, pour plonger le lecteur dans ce fabuleux « moment historique » où l’Orient et l’Occident dialoguaient de manière si féconde, en faisant fi des barrières de la langue, de la culture et des mentalités.

L’Impératrice de la soie, c’est Wuzhao, une ancienne concubine à la fois froidement ambitieuse et tiraillée par le doute. Pouvez-vous nous parler d’elle ?

J. F. : Wuzhao, qui a régné sous le nom de Wu Zetian, est la seule femme de l’histoire chinoise qui réussit à devenir empereur au sens plein, et non simple épouse officielle de l’empereur. Pour y arriver, elle a employé tous les moyens, depuis la séduction jusqu’au meurtre en passant par la ruse. C’est l’un des personnages les plus fascinants de l’histoire chinoise ; j’ai voulu comprendre ses motivations, ses façons d’agir et l’extraordinaire caractère de cette femme, finalement très moderne, un mélange de Messaline et d’Evita Peron…

Vous créez aussi une grande passion entre un moine bouddhiste et une jeune chrétienne. Les religions occidentales tentaient-elles de s’implanter en Chine ?

J. F. : Bien sûr, on a trouvé en Chine une très célèbre stèle nestorienne qui atteste de la présence de cette église chrétienne. Les églises missionnaires venues d’Occident sont entrées dans l’Empire du Milieu par la Route de la soie. Ainsi que l’avait fait, d’ailleurs, le bouddhisme, religion indienne du salut, entré en Chine par la voie des oasis du désert, pour y devenir une religion dominante. Comme toujours, les relations commerciales se doublaient de relations culturelles. Mes deux personnages auraient donc parfaitement pu exister et se rencontrer !

En quoi la soie était-elle un tel enjeu au VIIe siècle de notre ère ?

J. F. : La soie était probablement considérée comme ce qu’il y avait de plus précieux sur terre, par tous ceux — et ils étaient nombreux — qui n’avaient jamais vu quelque chose d’aussi brillant et somptueux, et d’aussi doux au toucher… Sa méthode de fabrication fut longtemps aussi bien gardée qu’un secret d’État…

Dans votre roman, les puissants ont tendance à déstabiliser le monde tandis que les petits, les humbles, rattrapent les situations. Est-ce une observation tirée de votre expérience du pouvoir ?

J. F. : Il est vrai que, souvent, les « conduites de pouvoir », d’ordinaire masquées ou travesties, conduisent à l’affrontement et à l’appauvrissement des hommes. Ainsi dans L’Impératrice de la Soie, on rencontre des chefs religieux dont la conduite personnelle est plus guidée par l’appétit de pouvoir que par les principes prônés par leurs églises. Mais il ne faut pas tout voir avec l’œil de la méfiance. Inversement, l’impératrice Wuzhao, femme de pouvoir s’il en est, a des côtés humains insoupçonnés…

Dans l’album qui accompagne le roman, vous expliquez que la Chine au VIIe siècle était en relation avec le monde. Quand et pourquoi s’est-elle refermée ?

J. F. : La Chine s’est progressivement refermée, après l’an mil, pour se rouvrir après les années 1990, parce qu’elle a toujours considéré qu’elle était « au centre du monde » et qu’en conséquence, elle n’avait pas besoin de ce qui l’entourait. Elle s’est d’ailleurs toujours arrangée pour « digérer » les influences extérieures, à la façon d’un estomac, la nourriture….

Que signifie ce joli proverbe chinois cité par un de vos héros : « Si tu m’aimes, alors tu aimes aussi mes oiseaux » ?

J. F. : J’aime beaucoup ce proverbe qui dit avec poésie que les êtres humains devraient s’efforcer d’accepter en confiance leurs différences. Dans L’Impératrice de la soie, on assiste à la confrontation entre des héros que tout sépare mais qui arrivent à construire quelque chose ensemble. Il est vrai qu’ils sont happés par un tourbillon d’intrigues qui ne leur laisse guère le choix ! Ceci dit, ce dont je suis sûr, c’est que sur la Route de la Soie, vers 650, existèrent des hommes et des femmes ressemblant trait pour trait à mes héros, habités par la soif inextinguible d’aller à la rencontre de l’autre, vers leur destin… et, pour certains d’entre eux, vers leur bonheur…

lire toute l’interview

la presse en parle

« Les clés du moment magique où l’Orient et l’Occident se rencontrèrent, sur la célèbre route. Magnifique. » Gala

« Quelle vaste fresque tendue au long de la Route de la Soie, au VIIe siècle. Dans le désordre, un monastère bouddhique, un moine qui disparaît parce qu’épris d’une jeune chrétienne, une impératrice bouleversée, les ravages de l’opium. Vrai feuilleton ! » Télé 7 Jours

« Magistral. » Le Courrier français

versions étrangères

Vendu dans 15 langues:

  • Allemagne : Verlagsgruppe RH
  • Corée: Yeobaek Media
  • Danemark : Borgens forlag
  • Espagne : Martinez Roca (Planeta)
  • Grèce : Kedros
  • Hongrie : Geopen Kiado
  • Italie : Cairo
  • Japon : Random House Kodansha
  • Lettonie : Atena
  • Pologne : Albatros
  • Portugal: Bertrand Editora
  • République Tchèque : Alpress
  • Roumanie : Allfa
  • Russie : Arabesque
  • Turquie : Dunya

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de trafic. En savoir plus